Candidature UNESCO

Une grande histoire
à partager...

soutiens

Soutenez
faites monter
le compteur !

UDERZO, Sandrine Bonnaire, Patrice Leconte...

Ils nous soutiennent déjà. Et vous ?
Ces personnalités et de nombreuses autres ont déjà apporté leur soutien à la candidature. 

En savoir +

2 000 ans et pas une ride

La candidature en images Arènes, Maison Carrée, jardins de la Fontaine... découvrez notre patrimoine d'exception

En savoir +
Romanité
 
Agenda
du : au :
Valider
Août 2017
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
 
 
 
A+ A-

La muséographie

La muséographie concilie les exigences de présentation scientifique propres à un musée archéologique et l'agrément d'un parcours varié, sensoriel, apte à séduire un large public. 

Grâce aux images de synthèse, à la réalité augmentée, aux technologies audiovisuelles monumentales et immersives, les vestiges ou les objets sont présentés dans leur contexte.

Passage public "La source"

Perspectives : Agences Elizabeth et Christian de Portzamparc

A travers un parcours qui nous mène du VIIè siècle avant JC jusqu'au Moyen-âge, le visiteur appréhende le processus de « romanisation » de la société nîmoise avant et après l’occupation romaine. Ce processus, qui a profondément influencé la ville de Nîmes à travers les siècles, lui confère une spécificité dans le monde romain.

Le musée propose une déambulation sur deux plateaux principaux autour d'un atrium sans cesse visible où est reconstituée l'entrée monumentale de l'Augusteum, sanctuaire de la Source.

Le volume des salles est en adéquation avec les oeuvres exposées, passant de 6m50 de haut pour les oeuvres monumentales à 2m50 pour les objets requérant un univers plus intimiste. Ces variations d’échelle permettent une scénographie riche qui participe à la compréhension des oeuvres. 

Des percements en façade créent des points de vue vers l’extérieur et assurent le lien avec la ville.

LE SENS DE LA VISITE...

De l’âge du fer à nos jours, la visite propose un “avant-après” de la civilisation romaine pour mieux estimer son empreinte.

1. La période gauloise
Elle illustre la genèse de l’implantation urbaine sur le site de Nîmes, d’un peuple qui se sédentarise : les Volques Arécomiques. Ces derniers vénéraient Nemausus, l’esprit de la Source. La reconstitution de la maison de Gailhan doit immerger le public dans la vie quotidienne d’un village gaulois. Les pièces majeures de la collection (guerriers de Grézan, de Saint Chaptes et de Sainte Anastasie…) sont ainsi contextualisées.
Suit un espace de transition qui fait passer le visiteur de l’an -120 à -27 avant J.C., « Via Domitia, la conquête romaine » : Un couloir au revêtement évoquant la chaussée de la voie romaine conduit le public à pénétrer dans l’univers de la cité Colonia Augusta Nemausus…

2. La période romaine
Très développée, elle se compose de plusieurs séquences :

  • Nîmes, un modèle de ville romaine ? Maquettes et multimédias confrontent la ville moderne à la ville antique, on prend connaissance de manière visuelle et tactile des aménagements et monuments réalisés par les Romains.
  • Le décor architectural : les collections lapidaires conservent de nombreux blocs ornés d’édifices disparus, présentés ici.
  • La civilisation romaine : elle est évoquée à travers les demeures urbaines, parfois somptueusement ornées de mosaïques et de fresques. On y trouve une  reconstitution de chambre de Villa Roma, la mosaïque de Penthée, joyau de la collection, la statue du Neptune qui ornait un grand bassin du quartier Jean-Jaurès.
    La vie quotidienne est évoquée sous l’angle du soin et du loisir (alimentation, vêtement, parure, jeux), mais aussi de l’économie et de la société, avec une séquence sur les cultes et rites funéraires.
    La transition vers la période suivante marque l’arrivée du christianisme à Nîmes.

3. La période du moyen-âge
Elle se décompose en repères simples : période romane et gothique. Une occasion de présenter les décors et chapiteaux des réserves, et l’évolution des principaux monuments chrétiens de Nîmes.

Le legs romain
La section finale, partie importante du musée, traduira l’intérêt porté à travers les siècles à la civilisation romaine, notamment des collectionneurs et érudits nîmois comme Jean-François Séguier. Maquettes d’Auguste Pelet, esquisses de Starck pour le logo de la Ville, œuvres urbaines de Martial Raysse, dessins d’Uderzo pour l’anniversaire de la Maison Carrée…

Le jardin archéologique
Il sera structuré en trois niveaux correspondants aux grandes phases d’occupation de la ville : gauloise, romaine et médiévale. Les essences choisies viendront étayer le propos historique.

Nous suivre

Veuillez tourner votre tablette pour consulter le site confortablement.